Journal de bord – Laurence Bechoux, directrice CLIP EXPO

Il y a quelques mois, qui aurait imaginé que le Coronavirus en Chine nous impacterait de plein fouet. Nous écoutions cette histoire de loin comme si cela ne devait jamais nous atteindre. Début mars, nous avons, comme nos clients, vécu l’annulation successive des salons et événements, impactant de plein fouet notre secteur. Oui nous étions bien concernés et nous en avons pris conscience….Mais progressivement en espérant tous les jours que cela allait s’arrêter !

En 2 semaines, en tant que chef d’entreprise, je suis passée du ‘choc’ à ‘déterminée à avancer quoi qu’il arrive’. Nous n’entendons que des discours pessimistes dans les médias, je veux croire que ce contexte exceptionnel nous rendra plus fort et nous forcera à nous réinventer, tel que nous le faisons déjà depuis quelques jours. Je partage avec vous mon ‘journal de bord’, sans vouloir donner des leçons car chaque individu ou entreprise vit cette situation bien différemment selon le contexte.

4 mars: Moment tant attendu pour moi depuis la reprise de la société en avril 2019: j’ai un rendez-vous avec Geoff Barret, mon ancien patron anglais, afin de partager quelques projets. Nous évoquons brièvement le COVID-19 mais de façon décontractée, n’étant pas encore impactés. Peut-être ‘passerons-nous à côté’ ?

5 mars: Les acteurs du secteur événementiel se retrouvent sur le salon Batibouw. Suite à l’annulation des premiers salons, la Febelux a organisé une réunion de crise.

6 mars: Nous apprenons au compte-goutte les reports ou annulations des salons de nos clients. Nos monteurs présents dans les halls d’exhibition doivent démonter le stand qu’ils viennent de monter ou se voient refuser l’accès aux lieux. Nous commençons à prendre conscience que l’impact va être sans précédent sur notre secteur d’activités, nos employés et leur famille.

Weekend du 7 et 8 mars: La vie continue… Un restaurant entre amis, la soirée retrouvailles ‘HEC Alumni’… Je balaie les mauvaises pensées en me disant toujours que nous allons passer au travers. Je bannis les gens négatifs autour de moi, je suis dans l’espoir de pouvoir encore tout entreprendre.

12 mars: Le couperet tombe ! L’annonce de Madame Wilmet nous jette un grand bac d’eau froide sur la tête. NOUS Y SOMMES. Tout doit fermer et le confinement est annoncé.

13 mars: Je vais finir par y croire à ce vendredi 13! Nous décidons de limiter l’accès aux bureaux et à l’entrepôt. Je propose le télétravail aux employés pour qui c’est possible. Je dois annoncer aux monteurs qu’ils vont passer en chômage technique pour cause de force majeure. Ils ne reprendront le service qu’à la fin des vacances, en espérant que la crise soit derrière nous…

18 au 25 mars: Peu d’appels et de mails… L’activité commerciale est quasi au point mort. La plupart des clients sont en attente de décisions, les projets sont postposés ou annulés. A nouveau, je dois prendre la décision difficile de mettre la majorité de mes employés en chômage. Pas de chiffre d’affaire, je ne peux payer les employés. Je me dois de penser à l’avenir de la société et leur assurer un emploi après le confinement. … Mais CLIP EXPO, c’est une entreprise familiale. Ce sont des personnes qui s’investissent tous les jours, dans les bons comme les moments plus difficiles. Cela me laisse un sentiment d’impuissance et de découragement profond.

Je nage dans les dossiers administratifs… Je dois être certaine des implications pour chacun de mes employés. Je gère les paiements des fournisseurs et tente de reporter ou de ‘geler’ certains frais fixes et remboursements pour permettre à la société de ‘tenir le coup’ le plus longtemps possible. Un certain réalisme prend le pas sur le choc: nous devons tout prévoir et rester réalistes. Ce sera la pire crise jamais connue pour notre secteur. Tout va changer. Dans cette course administrative, l’aide des pouvoirs publics est pour une fois appréciée. Nous nous sentons soutenus, aidés…mais notre business modèle devra être revu et repensé en profondeur. Il faut être prêt et penser déjà à l’avenir tout en restant ouvert et flexible au changement profond que va connaitre notre économie.

26 mars: La paperasse derrière moi, je décide d’organiser une vidéoconférence avec mon équipe commerciale et marketing. Rester actifs, présents, tel est le mot d’ordre du jour. Avoir des idées, garder le contact avec nos clients, les aider eux aussi à remonter la pente, à réapprendre la confiance. NOUS sommes avec VOUS !

6 avril: Deuxième vidéo conférence…Tout le monde est sur le pont. Des idées prennent forme et nous prônons le dynamisme avant tout.

Et maintenant?

Aujourd’hui, je suis positive et déterminée. Je crois en l’avenir, en la reprise commerciale qui sera cruciale pour nos clients, pour nous. Je crois en la valeur des entreprises locales, en mon personnel. Des messages de soutien de nos fournisseurs, de nos partenaires sont vraiment réconfortants. Nous sommes tous ensemble et tous ensemble nous allons braver la tempête et en sortir victorieux. Blessés dans nos ambitions certes, mais déterminés à encore nous réinventer pour permettre à nos clients de continuer à concrétiser leurs projets. Nous serons différents, nous travaillerons différemment mais nous serons plus solidaires et plus ouverts encore aux besoins des autres.

En attendant de vous retrouver, je vous souhaite de prendre soin de vous et de vos proches.