LETTRE OUVERTE AUX DECIDEURS :

 

Le Secteur Événementiel offre une perspective au gouvernement pour relancer la vie publique.

Le secteur événementiel est l’un des secteurs le plus durement touché par la crise du coronavirus : les événements ont été interrompus dès le premier jour et risquent de redémarrer en dernier. Nous parlons ici d’un secteur de 3.200 entreprises, 80.000 emplois et des milliers d’indépendants, qui se situe dans le top 15 des activités économiques de notre pays, en termes de chiffre d’affaires annuel. Les dommages encourus sont déjà estimés à 5 milliards d’euros  (1,3 milliard chez les organisateurs d’événements et 3,6 milliards chez les fournisseurs) et continuent d’augmenter.

Depuis le début du mois de mars, le secteur événementiel s’est uni et a créé une Alliance qui représente l’ensemble du secteur en ce compris les organisateurs, les traiteurs, les fournisseurs, … et a travaillé dur et de manière constructive – malgré le sacrifice indescriptible pour toutes ces entreprises – sur trois pôles qui offrent une perspective au secteur mais également au gouvernement.

  1. Un dossier justifié reprenant des mesures de soutien concrètes visant à maintenir le secteur en marche et qui coûtera moins cher au gouvernement qu’un fonds d’urgence (voir ce lien pour le dossier complet). Des mesures d’aide sont formulées pour fournir au secteur l’oxygène indispensable pour sortir de cette crise tout en travaillant. Ce qui aurait par conséquent un impact positif sur l’économie nationale.
  2. Un plan de relance pour relancer le secteur selon la « nouvelle vie normale » est élaboré en collaboration avec le Centre d’expertise de la Haute Ecole Karel de Grote et de nombreux experts externes. Il est soutenu par Tourisme Vlaanderen et en discussion actuellement avec Visit Brussels et le WBT. Ce plan consiste en une analyse de risques, reprenant tous les paramètres possibles, et permet de cartographier le redémarrage progressif et responsable des événements – de la fête du quartier locale à la grande foire – avec un code de conduite associé. Le code de conduite comprend des mesures de précaution et de sécurité très concrètes pour l’organisation de tous types de réunions et événements.

 

  1. Conformément au plan de relance, nous offrons également au gouvernement nos connaissances et notre savoir-faire pour redémarrer d’autres activités et industries économiques majeures dans ce pays. Nous offrons l’expertise de milliers d’employés talentueux du secteur événementiel qui risquent maintenant de perdre leur emploi. Ils peuvent être appelés pour assurer le redémarrage en toute sécurité de la vie publique. De nombreuses entreprises de notre secteur ont déjà développé des solutions techniques et logistiques pour le secteur de la santé ces derniers mois. Cette expertise peut être utilisée de manière beaucoup plus large aujourd’hui (pensez au trafficking, à l’installation de booths hygiéniques , etc).

Il est important de réaliser qu’il existe de nombreux types d’événements. Nous parlons trop souvent d’évènements de masse et de festivals ; cependant , le secteur B2B est encore beaucoup plus vaste que le secteur B2C en nombre d’activités, mais aussi en chiffre d’affaires, comme le confirme une étude récente de centre d’expertise Public Impact de la Haute Ecole Karel de Grote. La diversité de notre secteur doit, enfin, devenir visible pour le gouvernement et les médias.

D’où cet appel aux décideurs: nous souhaitons que l’on prenne davantage en compte le vaste secteur événementiel et que les différents groupes de travail entament un dialogue avec nous.

 

Contact: Bruno Schaubroeck – Alliance Belgian Event Federations – M: 0475 28 83 04 – [email protected]